Des campings, des hôtels, des restaurants portent son nom, ce doit être une spécialité landaise mais qu’est ce que c’est exactement ?

Poulailler d airialPierre, 8 ans, est en vacances au camping l’Airial à Soustons . De retour au camping après avoir vu l’airial à l’écomusée de Marquèze et s’être arrêté pour déjeuner avec ses parents au restaurant l’Airial à Saint-Pierre-du-Mont sur le retour, il demande à Gustave, jardinier du camping, qui doit bien s’y connaître car il parle avec un bel accent landais : « Dis, Gustave, j’ai entendu parler d’airials toute la journée, mais c’est quoi un airial ? »

Qu’est ce que c’est ?

« Mon petit Pierre, tout d’abord et pour marquer des points en orthographe à l’école, on dit un airial au singulier et des airiaux au pluriel. Ce mot vient du gascon "airiau" et est exclusivement utilisé dans les Landes. C’est une clairière au cœur de la forêt landaise où les pins cèdent la place à une pelouse sur laquelle se dressent parfois des chênes et se regroupent quelques maisons landaises et leurs dépendances. Les plus vieux airiaux ont été créés au XIVe siècle ! »

Mais pourquoi ?

« L’airial fait partie du patrimoine culturel et du paysage landais. Avant qu’il y ait des voitures, les airiaux constituaient des « quartiers » un peu isolés du village. L’emplacement avait été choisi pour la qualité du sol qui était favorable à l’implantation d’un espace de vie alors que la plupart de la lande était marécageuse et désertique à l’époque. Plusieurs familles vivaient donc sur un même airial, sur lequel se trouvaient leur maison, leur grange, leur four, leur puits, leur bergerie, leur poulailler et tout ce dont elles avaient besoin pour vivre. »

Poulailler et maison d airialEt maintenant ?

« Petit à petit, les airiaux ont été désertés pour les villages et les villes. Certains ont disparu lorsque la forêt s’est développée suite à l’implantation massive de pins, décidée par l’Etat à la fin du XIXe siècle. De nos jours, il reste toujours des airiaux magnifiques, heureusement. Et certains ont servi d’emplacement pour des campings et des gîtes par exemple, car c’est un environnement très agréable et paisible. »

« Merci Gustave de m’avoir appris tout ça. Maintenant je peux dire que je suis un peu landais comme toi ? »

 

Ecrit par Carine Lux (CDT des Landes - 26/12/2011)