Le 24 janvier 2009… Souvenez-vous, la violente tempête Klaus ravageait la forêt landaise. Avec pour conséquences : 223 000 hectares de forêt détruits à plus de 40%, 40 millions de m3 de bois à terre… Et une question après ce désastre : que va-t-on faire de tous ces pins ? Passage en revue d’initiatives landaises pour effacer les stigmates de cette tempête et valoriser ce stock de bois.

Si vous êtes venu dans les Landes par la RN10, vous avez sûrement remarqué les montagnes de bois stocké sur le côté de la route depuis la tempête. Et vous vous êtes sans doute interrogé sur l’intérêt de l’arrosage. Explication : ces aires de stockage sont arrosées en permanence pour mettre le bois à l’abri des attaques de champignons et d’insectes. Et pour éviter tout gaspillage, l’eau est acheminée en circuit fermé. Une vingtaine d’aires de stockage permettent ainsi de conserver le bois, tout en maintenant sa qualité.
Et c’est indispensable car il va falloir plusieurs années avant d’écouler le pin tombé pendant la tempête Klaus , même si les idées ne manquent pas pour lui offrir une nouvelle vie.
 

chaise « Bois de tempête » récompensée lors des trophées aquitain du design industriel Côté design, tout d’abord, mentionnons le prix spécial « Le pin maritime dans tous ses états » créé dans le cadre des Trophées Aquitains du Design Industriel. L’objectif : promouvoir la filière bois mise à mal par la tempête et soutenir les entreprises qui créent des produits innovants en pin maritime. En 2009, le prix a récompensé un designer qui a réalisé une gamme d’assises et de rangements en pin issu de la tempête Klaus.

Cet évènement a aussi inspiré plusieurs artistes contemporains dont les œuvres ont été mises à l’honneur lors d’expositions au Centre Georges Pompidou ou au FRAC Aquitaine début 2010.


Enfin, une autre initiative intéressante est la création d’une clé USB Klaus , en pin des Landes issu des coupes de la tempête. Une manière originale de promouvoir un territoire mis à mal par la tempête Klaus, mais aussi fortifié par cette épreuve et prêt à être reboisé.

L’aventure du pin des Landes n’est pas près de s’arrêter…

 

Ecrit par Sonia Godard (CDT des Landes - 07/12/2010)