Ces petits fleuves landais qui servent d'exutoire aux lacs côtiers font le bonheur des pêcheurs. Ils se jettent dans l'Atlantique et sont soumis aux marées sur leur partie aval

Il faut différencier les courants (boucau en Gascon) qui jouent le rôle de déversoir vers l'Océan, reliant ainsi un lac à l'océan - on en dénombre 4 dans les Landes -, des courants qui relient deux lacs entre eux. 

Les courants côtiers :

Plage du Courant - MimizanCourant de ContisCourant d'Huchet


 

  • Le courant de Mimizan part du lac d’Aureilhan pour se jeter dans l’Océan. Aspect riant.
  • Le courant de Contis est issu de l’ancien marais de Contis. En amont le courant est très pittoresque, d’une végétation naturellement luxuriante. Par endroits le courant de Contis peut rivaliser avec celui d’Huchet.
  • Le courant d’Huchet dont l’intérêt floristique et faunistique est indiscutable, prend naissance dans le lac de Léon. Estuaire sauvage sur l’Océan.
  • Le courant de Soustons, de 7 km. Calme, il vous surprendra aux deux tiers du parcours, en direction de l’Océan, par une voûte de verdure exubérante.

Les courants inter-lacs :

  • Le courant de Navarrosse de 2 880 mètres relie le lac de Cazaux au petit lac de Biscarrosse. Ce dernier est relié plus au sud au lac de Parentis par le courant de Biscarrosse long de 1 500 mètres.
  • Le courant de Parentis à Aureilhan, de 8 km, appelé Sainte Eulalie est très sinueux.
  • Le courant de Messanges, relie le lac de Laprade, lui sert de déversoir comme au lac de Moïsan pour se jeter enfin dans le lac de Soustons, après avoir visité les lacs de Messanges et de Vieux-Boucau.