Cette fois-ci, direction le pays d’Orthe et Arrigans. Quel nom compliqué pour un territoire où la simplicité des gens est remarquable ! À la frontière avec le Pays Basque, ce territoire est façonné par la rivière des Gaves réunis et les champs de kiwis. Ici encore, la gastronomie est bien présente ! Suivez-moi pour découvrir quelques belles adresses à ne pas manquer.

Etape 1 = Le marché de Peyrehorade

On m’avait dit que le marché de Peyrehorade était l’un des plus beaux marchés des Landes et l’un des plus fréquentés… Mais je ne m’attendais pas à ça !

Ce marché est un concentré de produits gourmands. Ici, on est obligé de trouver son bonheur !

Attirée par un stand de gourmandises sucrées et tout particulièrement par les Pastis et les merveilles, je discute avec Anthony qui me conseille de choisir la spécialité de la maison : la tourte « Lou Palou » au foie gras, pommes et oignons confits… ça donne envie !

En remontant la rue du Trinquet, j’arrive sur la place Aristide-Briand. Là, je vous conseille de faire une halte à la boulangerie-pâtisserie des Gourmandises de Nicolas connue pour ses savoureux mélanges chocolat et kiwi de l’Adour ! Mais vous pourrez aussi repartir avec d’autres spécialités de la maison comme la pâte à tartiner, et le chocolat aux pépites de cacahuètes de Soustons !

Pourtant en retard sur mon planning, je ne résiste pas à l’envie de m’arrêter devant le van « Fred’s Beer » avant de repartir. Fred me propose une petite dégustation. La bière est excellente ! J’adore le concept du van avec la tireuse intégrée. Fred me précise qu’il peut se déplacer sur les événements : mariages, fêtes de villages… Intéressant !

Si vous êtes amateurs de bières artisanales, je vous conseille aussi de visiter la brasserie Cath’ à Capbreton (située à 40 minutes de Peyrehorade) pour savourer des bières Bio de tempérament et séduction.

Dernière étape du marché que je vous conseille : le food truck « salades et tartines » ! Fraicheur, local et responsable sont les maîtres mots de Maryse. Vous pourrez même apporter votre propre contenant pour payer moins cher et réduire vos déchets… Et si vous êtes allergique, végétarien ou vegan, Maryse adaptera votre repas ! Pour finir, il est aussi possible de déguster sa cuisine lors d’un brunch à la ferme dans une ancienne ferme basco-landaise !

La Salade Potiron : Feta, jambon poêlé, oignons, potimarron, mûres, graines de courge, citron vert, sirop d’agave

Etape 2 = La Maison du Saumon à Peyrehorade

Pour la suite de cet itinéraire gourmand, direction la Maison du saumon située à quelques kilomètres du marché.

J’emprunte donc le pont face au château de Peyrehorade pour traverser les gaves.

Ce lieu est un incontournable pour découvrir l’historique de la ville de Peyrehorade et pour déguster un saumon d’une qualité incomparable. Saviez-vous que le saumon était auparavant présent en abondance ici ?

La maison Barthouil est une des dernières à perpétuer la tradition du fumage du saumon à l’ancienne !

J’ai eu la chance de participer à l’une des visites gratuites et commentées. Votre hôte vous racontera plein d’anecdotes qui vous laisseront sans voix. Comme, par exemple, le fait que les saumons sauvages se laissent mourir après la ponte des œufs, ou encore qu’en 1945, les pêcheurs de la maison Barthouil avaient attrapés 210 kg de saumons en un seul coup de filet ! Mais je ne vous en dis pas plus…

Vous apprendrez aussi que le fumage se fait toujours avec les copeaux de bois récupérés auprès de l’artisan Claude Labarthe, fabriquant de sabots traditionnels en bois situé à Saint-Etienne-d’Orthe.

La maison Barthouil, c’est aussi des produits autour du canard.

Vous aurez même droit à une dégustation en fin de visite !

Pour ma part, j’ai envie de faire partager ma découverte avec mes proches… Deux petites tranches et je repars sur la route !

Etape 3 = Le restaurant La ferme d’Orthe à Orthevielle

À la recherche d’un bon restaurant, on me conseille la ferme d’Orthedans le petit village d’Orthevielle. Je ne suis pas déçue ! Malgré la centaine de couverts, le service est attentionné et le repas délicieux !

L’ambiance est déjà conviviale et chaleureuse alors avec la cheminée allumée, au creux de l’automne, ce doit être la crème de la crème !

Ici, vous êtes à la bonne adresse pour une cuisine traditionnelle gourmande et locale. Le chef Michel Labastie a même le titre de Maître Restaurateur, seul titre délivré par l’Etat pour récompenser un engagement pour le « fait maison » et les circuits-courts.

Si, comme moi, vous avez un petit faible pour la cuisson lente et les champignons d’automne, vous allez adorer le croustillant de jarret de veau de 7 heures accompagné de conchiglionis farcis aux champignons. Sublime ! Je ne laisse pas un pignon dans l’assiette…

Une autre bonne table à ne pas manquer : Le Bistro Gnàc & Pause à Saint-Lon-les-Mines, pour son excellent rapport qualité / prix et sa cuisine qui évolue au fil des saisons, du marché et des producteurs locaux.

Là encore, je retrouve des sabots en bois… Certainement ceux de Claude Labarthe.

Etape 4 = Le village d’Hastingues

Après ce bon repas, je me dis qu’une petite promenade ne fera pas de mal ! En route pour le petit village d’Hastingues.

Je profite des beaux paysages qui longent les gaves…

Importé de Nouvelle-Zélande, le Kiwi pousse très bien dans les Landes ! Il est le seul kiwi de France à bénéficier de la double certification IGP et label rouge, qui garantit une qualité supérieure du produit.

Arrivée au village…

Je décide de me balader librement en espérant tomber sur quelques bâtisses repérées sur Internet…

Mais ça, c’était avant d’apprendre qu’il était en fait possible de visiter la bastide avec le Greeter Gilles (bénévole qui vous propose une visite gratuite). Je suis un peu déçue d’avoir manqué cette occasion, car ce que j’aime le plus c’est avoir « l’histoire de l’histoire » et aussi de découvrir les lieux à travers les yeux des habitants. Une bonne raison de revenir ici !

Encore des sabots… Décidément !

Bingo ! Je tombe sur La porte du XIIe siècle et sur plusieurs autres monuments.

Cette visite offre aussi de beaux panoramas !

Soif de patrimoine ? Je suis obligée de mentionner les deux abbayes emblématiques du coin :

Etape 5 = La ferme Lassalle à Gaas

Impossible d’accomplir un road trip gourmand dans les Landes sans visiter un producteur de canards. Cette fois, je suis reçue par Jean-Michel Lassalle.

Ici, nous sommes chez un petit producteur de canards qui les élève à partir de 1 an (les naissances sont réalisées à quelques kilomètres de là, près du village d’Amou).

Jean-Michel me fait visiter son exploitation et m’apprend toutes les étapes nécessaires à l’élevage de ses canards. Les canards sont bien sûr élevés en plein air et sont nourris par la production de la ferme.

À la fin de la visite, Jean me reçoit dans sa petite boutique et me fait déguster quelques produits à base de rillettes et foie gras de canard entier.

Les produits sont cuisinés de façon artisanale et seuls sel et poivre sont ajoutés aux foies gras pour ne pas dénaturer le produit brut.

Jean-Michel me raconte aussi que le village de Gaas (et certainement toute la région) était recouvert par l’océan il y a environ 30 millions d’années. Des archéologues ont retrouvé de nombreux coquillages datant de cette époque dans les environs !

Autres producteurs de canards à découvrir dans le coin :

La tradition landaise : Rare productrice d’oie dans les Landes, Marie-Pierre propose une visite de sa ferme et donne des explications très détaillées sur ses produits (foies gras, pâtés, confits d'oies et de canards...). En plus, elle est ouverte toute l'année du lundi au samedi de 8h à 12h et 14h à 18h.

La Ferme de Beleslou à Cagnotte pour découvrir l’élevage de canards mais aussi de porcs gascons (noirs). A partir de 2020, Valérie proposera ces produits sur les étals des marchés traditionnels landais : foies gras fermiers mi cuits, confits de canards et de porcs fermiers, terrines, garbure landaise, axoa, pipéronade … De quoi faire saliver…

Etape 6 = Le domaine du Tastet à Pouillon

Dans les Landes, on produit aussi du vin ! Venir ici, c’est donc aussi l’occasion de goûter aux saveurs du vin local. Sur ma route se trouve le domaine familial du Tastet. Ce domaine a l’avantage de recevoir du public tous les jours sauf le dimanche.

Il est alors possible de déguster les différents vins de la maison : blanc, rosé ou rouge. Léger ou plus corsé, selon vos goûts, mais toujours savoureux !

Dans la salle de dégustation, je découvre également d’autres produits du terroir local dont « La cassouhuète » qui fait tant parler d’elle. Produit signature de la ferme Darrigade située à Soustons, qui élève des canards et cultive des cacahuètes ! Plutôt original. Un savant mélange a alors donné lieu à la création d’un confit de canard à la cacahuète, façon cassoulet.

Si « les frères Romain » ont un peu de temps, vous aurez même la chance de faire une petite promenade dans les vignes.

Connaissez-vous cet équipement ? Et savez-vous à quoi il sert ? Je vous laisse demander aux propriétaires ! Une invention ingénieuse qui fonctionne seulement de façon collective, avec les autres viticulteurs.

À seulement 7 km de là, un autre viticulteur à rencontrer : Bertrand Abadie au Domaine du Pribat à Bénesse-lès-Dax, un vignoble transmis de père en fils depuis 4 générations ! Son exploitation est certifiée « à haute valeur environnementale » (HVE). Vous retrouverez aussi leurs vins dans les nouvelles halles de Dax et sur les marchés des producteurs de pays.

Next Step…

Voir tous ces sabots durant mon road trip m’a donné envie d’aller rendre une petite visite à Claude Labarthe dans son atelier…